Colette a dit "crève Harry"

Lust for life,

Posted in Colette says by colettesays on 28 septembre 2009

« Choose life. Choose a job. Choose a career. Choose a family. Choose a fucking big television, Choose washing machines, cars, compact disc players, and electrical tin openers. Choose good health, low cholesterol and dental insurance. Choose fixed-interest mortgage repayments. Choose a starter home. Choose your friends. Choose leisure wear and matching luggage. Choose a three piece suite on hire purchase in a range of fucking fabrics. Choose DIY and wondering who you are on a Sunday morning. Choose sitting on that couch watching mind-numbing sprit-crushing game shows, stuffing fucking junk food into your mouth. Choose rotting away at the end of it all, pishing you last in a miserable home, nothing more than an embarrassment to the selfish, fucked-up brats you have spawned to replace yourself. Choose your future. Choose life… But why would I want to do a thing like that ? »

* * *

Tourner en rond et attendre que ça passe. Pendant que Renton s’essouffle, je coupe le son et me mets à agir de façon absurde comme un poisson rouge dans son bocal. Je décide d’écouter un morceau d’électro tropicale – je n’aime pas l’électro tropicale. Ma concentration me fait faux bond, je m’ennuie. Depuis quelques jours, je m’astreint à un régime ignoble pour ne pas salir les choses que j’aime de mes états d’âmes dégoulinants… À ne plus savoir quoi faire ni comment réagir, je fais en sorte d’organiser mon amnésie : je ne veux pas garder le souvenir de la tasse de vase que je viens d’avaler.

Je sais que les « bonnes » résolutions sont difficile à tenir, je lâche d’ailleurs souvent la rampe. Mais dans ce cas précis, à tout prendre et à craquer, je préfère qu’on me passe une camisole. Je jongle en équilibre sur les pentes glissantes de la raison et des sentiments. Au milieu de tout cela, les détails du quotidien me rappellent que je ne suis désormais plus qu’un verre à moitié vide. Tapis dans l’ombre d’un jour sans nuage, ces détails me tombent du ciel sans crier gare comme autant de fientes de pigeons toxiques visées droit dans le mille.

Je rêve l’indifférence sous divers visages. Assise dans l’obscurité, je décide de garder les yeux ouverts jusqu’à tout percevoir dans la pièce : je vais garder les yeux ouvert sur le pire. Je vais bercer la douleur, l’apaiser jusqu’à ce qu’elle s’endorme et l’étouffer pendant son sommeil.

* * *

« So why did I do it ? I could offer a million answers, all false. The truth is that I’m a bad person, but that’s going to change, I’m going to change. This is the last of this sort of thing. I’m cleaning up and I’m moving on, going straight and choosing life. I’m looking forward to it already. I’m going to be just like you: the job, the family, the fucking big television, the washing machine, the car, the compact disc and electrical tin opener, good health, low cholesterol, dental insurance, mortgage, starter home, leisurewear, luggage, three-piece suite, DIY, game shows, junk food, children, walks in the park, nine to five, good at golf, washing the car, choice of sweaters, family Christmas, indexed pension, tax exemption, clearing the gutters, getting by, looking ahead, to the day you die. »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :