Colette a dit "crève Harry"

Tu es laide et tu ne connais pas ta chance – on t’aime pour qui tu es,

Posted in Colette says by colettesays on 17 octobre 2009

J’aime la poésie de la rue.
Les mots qui claquent dans la nuit noire comme les talons aiguilles claquent sur les trottoirs. Les vers qui se consomment comme se vident les bouteilles. Les lumières floues des lampadaires dans le brouillard de l’hiver, et les points suspendus à ses pas comme les cailloux que je sème pour ne pas me perdre.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :